LOGO LOUFRIED.png

les Créations

Sous la direction artistique d'Isabelle fruleux, 

la Compagnie Loufried produit et diffuse des expressions artistiques liant la musique, le mouvement et les textes. Son attention est portée sur le décloisonnement. Ses propositions vont de la forme la plus épurée d’un solo à une distribution plus large où la scénographie, la vidéo et la polyphonie instrumentale offrent une expression protéiforme. 

FRERES MIGRANTS.jpg

FRÈRES MIGRANTS
d'après l'œuvre de Patrick Chamoiseau

Voix et conception

Isabelle Fruleux

Direction musicale, 

compositions et contrebasse

Felipe Cabrera

Harmonica chromatique 

Laurent Maur

Conception sonore 

Claude Valentin

Entretien de Patrick Chamoiseau à propos de la création FRÈRES MIGRANTS

De Quand les murs tombent à L’intraitable beauté du monde, tous deux écrits avec Edouard Glissant, ou encore avec le Manifeste pour les «produits» de hautes nécessité, ouvrage collectif écrit lui aussi avec Edouard Glissant, Patrick Chamoiseau élève sa voix contre le libéralisme économique et l’atteinte aux libertés humaines. J’ai lu Frères migrants peu de temps après ma création orchestrale sur Les Indes d’Edouard Glissant, un poème magistral où l’auteur depuis l’Histoire de l’esclavage dans le contexte du commerce transatlantique, porte notre attention sur les différentes formes d’asservissements que l’humain fait subir à ses semblables et à son environnement. Cette attention est cruciale, je souscris aux actions qui la rappellent car comme le dit Chamoiseau dans Frères migrants : « La Traite a prospéré à un niveau de conscience nourri par les Lumières… ».

Cette mise en voix et en musique de Frères migrants est une rencontre de différents courants musicaux et culturels. Avec sa double formation, classique européenne et jazz, et sa connaissance des musiques caribéennes, Felipe Cabrera a signé une composition exigeante où la densité n’est jamais hermétique. Groove, profondément…

La déclaration des poètes sur laquelle nous finissons a la dimension incantatoire de «I have a dream». Comme ce monument humaniste si puissamment oralisé par Martin Luther King, Frères migrants est à la fois un prêche embrasant, un chant, un appel poétique et un discours aux envolées lyriques.

 

Isabelle Fruleux

Visuel FRATERNITES.jpg

FRATERNITÉ(S) MIRACULEUSE(S) 
d'après l'œuvre de Aimé Césaire

Voix et conception

Isabelle Fruleux

Compositions et clarinette-basse

Thomas Savy

Composition sonore

Eddie Ladoire

FRATERNITÉ(S) MIRACULEUSE(S) est ma septième conception artistique. Toutes sont musicales et j’ai l’honneur d’en avoir partagé certaines avec Thomas Savy et Eddie Ladoire aux compositions. Ensemble, nous avons exploré l’univers de Rainer Maria Rilke et de Lou Andreas Salomé (Dans le regard de Lou) puis celui de Edouard Glissant (Le frémissement du monde, Les Indes).

Nous avons évoqué différentes formes musicales et, au fil des scènes partagées, nous avons affiné le tissage de nos expressions. Un entrelacs sonore que nous mettons au service de la partition césairienne. 

 

Isabelle Fruleux

Plaquette de présentation complète sur demande :

lesINDES_visuel.jpg

LES INDES
d'après l'œuvre d'Edouard Glissant

Voix et conception

Isabelle Fruleux

Direction musicale, 

compositions et clarinette-basse

Thomas Savy

Contrebasse

Felipe Cabrera

Electroacoustique

Eddie Ladoire

Percussions 

Sonny Troupé

Saxophone 

Raphaël Imbert

L’APPEL

1492. Les Grands découvreurs s’élancent sur l’Atlantique, 

à la recherche des Indes. 

Avec eux le poème commence.

LE VOYAGE

La peur. Durant les trois mois (une éternité) qu’ils furent sur l’infini 

de l’Océan, ces marins connurent l’ambiguïté; ils connurent que 

le Nord, asile de l’aiguille est doute.

LA CONQUÊTE

Tragique chant d’amour avec la terre nouvelle. Elévation progressive, massacre, solitude finale. Une rupture est consommée; mais l’homme ne renonce pas au rêve.

LA TRAITE

Ce qu’on n’effacera jamais de la face de la mer.

LES HEROS

Delgrès. Toussaint. Dessalines.

LA RELATION

Le poème s’achève lorsque la rive est en vue, d’où s’éloignent jadis les découvreurs.

…Qui revient ?

La mer est éternelle.

En six chants, Edouard Glissant nous emporte dans un souffle puissant vers une relecture de ce qui a trop été présenté, acquis, comme une conquête valeureuse. Cela commence en Europe, au départ des bateaux. Intérêts, passion et désir seront les combustibles d’un élan vers l’inconcevable. Si aucune gloire des découvreurs n’y est chantée, l’aventure humaine y demeure, mais dans son entièreté et dans sa démesure.

Isabelle Fruleux

Plaquette de présentation complète sur demande :

Plaquette de présentation complète sur demande :